Bienvenue !

Bienvenue sur ce blog.

C'est mon antre et mon havre de paix où j'expose librement les sentiments qui m'animent et mes vagues de créativité.


Afin de faciliter des lectures parfois désordonnées, je vous invite à utiliser cette liste d'articles à votre droite. Ils sont au moins dans l'ordre chronologique ici, contrairement à la mise en page sommaire du blog (restreinte par l'utilisation de Blogger ...).

Les commentaires sont naturellement attendus, n'ayez pas peur de moi ;)


Bonne lecture !

2 déc. 2016

Ca m'fait mal ...



Ca m'fait mal,
Mais je suis encore là.
Ca m'fait mal,
Mais je tiens à toi - je ne m'en irai pas.

Tes maux, qui deviennent les miens.
L'impuissance, te voir souffrir sans rien pouvoir changer ...
Pas à pas, te tenir gentiment la main.
Te dire sans arrêt qu'il faut continuer d'avancer ...

Pour moi, prêcher cette "bonne parole" que je ne sais pas utiliser
Et ça m'fait mal
De te donner tout ce que j'ai,
Et ça m'fait mal
De te regarder pleurer ...

Mais ainsi je suis, ainsi sois-je ...
Mais ainsi tu es, ainsi sois-tu. 

Si cette vie n'est qu'un jeu,
Pour toi, j'en paierai le prix fort.
Si c'est seulement le temps de l'orage,
Sur moi, je prendrai peut-être tous les torts.

Ca m'fait mal ?
Peut-être que oui, peut-être que non.
J'ai toujours le coeur qui cavale,
Qui piétine la raison.

C'est drôle de se dire qu'on tire de l'expérience de nos erreurs
Et qu'on se plait, à les refaire encore.
Corps à corps, coeur à coeur ...
Toujours, toujours la même chose, la même et encore.

Ca m'fait mal, oui et non.
Ai-je eu raison de crier ton nom ?
Dans l'écho funeste du tonnerre,
Aux échos de cette putain de guerre.
Ces combats qui me ravagent,
Comme une vague qui projette un naufragé au rivage.

J'ai le coeur qui s'arrache,
Mais je te tends encore les bras.
J'ai le sourire qui se gâche,
Mais ma main, toujours, te rattrapera.

Et ça m'fait mal, ça m'fait mal,
Mais c'est comme ça.
Je resterais toujours moi.
Le coeur qui saigne, mais qui cavale.


Putain, qu'est-ce que ça m'fait mal ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire